Sections
A la Une
(English, Español)
Editorial
Numéros antérieurs
A propos du Bulletin
de ressources phytogénétiques
Instructions pour les auteurs
Nous contacter
Bioversity International Page d'accueil
FAO Page d'accueil

We are currently working to improve this portal.
Over the next few months, we will be fixing errors, improving readability of articles and updating information. We are always glad to receive your suggestions for improvements or comments on the portal:
PGRN-PORTAL@CGIAR.ORG.

Sections > A la Une > No.

French
Collecte et prospection des variétés locales de pois (Pisum sativum) et de fèves (Vicia faba) dans la province de Qinghai en Chine

Vingt-huit variétés locales de pois (Pisum sativum) et 26 de fèves (Vicia faba) ont été collectées auprès d’agriculteurs dans 10 comtés de la province de Qinghai dans le nord-ouest de la Chine en août et septembre 2004 par une équipe issue d’instituts chinois et australiens.  Des données passeport de descripteurs de site et des observations GPS ont été consignées pour différentes accessions, ainsi que des données historiques et sociologiques sur la source des variétés locales, la gestion des ressources agricoles, les rôles masculins/féminins et l’utilisation des semences. L’historique des variétés locales révèle que certaines ont été introduites à partir d’autres régions et il existe des preuves historiques de l’érosion génétique. Il existe des rôles spécifiquement masculins/féminins pour certaines opérations de gestion des ressources agricoles, mais pas pour le choix des variétés. Aucune influence ethnique n’a été détectée pour la conservation des variétés locales, le système agraire ou l’arrêt de l’utilisation parmi les cinq groupes ethniques interrogés.

De He Chenbang  Liu Yujiao  Wu Kunlun  Yuan Mingyi  Feng Qinhua  Liu Yang  Yan Qingbiao  Guan Jianping  I.A. Rose  D. Enneking  R.J. Redden  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Collecte de matériel génétique de pois (Pisum sativum) et de fève (Vicia faba) dans le Yunnan

Deux missions de collecte de matériel génétique ont été entreprises dans la province du Yunnan, en Chine, en 2004 et en 2005, dans le cadre d’un projet sino-australien d’amélioration de la production du pois (Pisum sativum L.) et de la fève (Vicia faba L.). Un objectif de ce projet consistait à collecter et échanger du matériel génétique de pois et de fève de régions prioritaires, sous-représentées de Chine occidentale, en particulier les provinces du Yunnan et du Qinghai. Cet article présente les missions de collecte dans l’est et le sud du Yunnan. Au total, 69 variétés locales de fève et 65 de pois ont été collectées, en précisant les coordonnées des sites par GPS et les caractéristiques physiques, ainsi que des données agro-économiques et historiques relatives à la culture de ces variétés. De nombreuses variétés locales, mais pas toutes, sont très anciennes, peut-être sélectionnées pour leur adaptation de longue date à l’environnement local dans les sites respectifs, cependant leur utilisation dans l’alimentation humaine/animale n’est ni liée aux ethnies ni à la situation géographique. La répartition des rôles entre hommes et femmes dans l’agriculture est importante, mais ne semble pas, sur des données limitées, présenter de lien avec les ethnies ou la conservation des variétés locales. L’érosion génétique a été mise en évidence, des variétés modernes ayant été observées dans de nombreux endroits.

De Bao Shiying  He Yuhua  Zong Xuxiao  Wang Liping  Li Lichi  D. Enneking  I.A. Rose  T. Leonforte  J. Paull  R.J. Redden  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Létalité des ressources génétiques de cocotier due au jaunissement mortel

La létalité due au jaunissement mortel (LY) a été consignée pendant 15 ans pour cinq écotypes de cocotier, représentatifs de la diversité du matériel génétique de cocotier, cultivés au Mexique. L’essai mis en place en 1991 dans une région où sévit le jaunissement mortel (côte nord-ouest du Yucatan, Mexique) utilise un modèle à trois blocs avec une distribution aléatoire des écotypes au sein de chaque bloc. Les écotypes comprennent le Grand atlantique du Mexique (MXAT), sensible, et le Nain jaune de Malaisie (MYD), résistant, tous deux utilisés comme témoins, ainsi que trois écotypes Grand pacifique (PT), MXPT1, MXPT2 et MXPT3 à tester. Les analyses de variance paramétriques et non paramétriques des résultats révèlent des différences significatives (p<0,05) de létalité parmi les écotypes et entre les blocs, mais pas d’interaction écotype-environnement. La létalité est très élevée pour MXAT et très faible pour MYD, ce qui concorde avec des résultats précédemment obtenus en Jamaïque. Les écotypes PT présentent des pourcentages de létalité intermédiaires ; la létalité est faible pour MXPT1 et MXPT2 et n’est pas statistiquement différente de celle de MYD, tandis qu’elle est plus élevée pour MXPT3 et non statistiquement différente de celle de MXAT. En fonction de ces résultats, il est prévisible que le jaunissement mortel provoque une létalité moindre dans les populations de cocotier sur les côtes pacifiques, où le matériel génétique dominant est MXPT, que dans le golfe du Mexique, où le matériel génétique principal est MXAT. MXPT1 et en particulier MXPT2 peuvent être recommandés (a) pour les programmes de replantation (b) comme parents mâles pour la production d’hybrides nain x grand avec MYD résistant, et (c) pour la sélection d’individus élites présentant une productivité améliorée pour la multiplication.

De D. Zizumbo-Villarreal  P. Colunga-GarcíaMarín  M. Fernández-Barrera  N. Torres-Hernández  C. Oropeza  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Érosion génétique écogéographique, gestion des semences et conservation des ressources phytogénétiques dans les hautes terres de Kabale, Ouganda

L’étude concerne l’importance et les causes de l’érosion génétique, les sources et les systèmes d’échange de semences parmi les agriculteurs ainsi que les pratiques de conservation dans les hautes terres de Kabale, au sud-ouest de l’Ouganda. Les données ont été collectées en utilisant un questionnaire structuré pré-testé à partir d’un échantillon aléatoire de 120 agriculteurs de six paroisses. L’analyse révèle une perte sensible de variétés traditionnelles de patate douce (Ipomea batatas), pomme de terre (Solanum tuberosum), haricot (Phaseolus vulgaris) et pois (Pisum sativum). Plus de 18, 7, 9 et 3 variétés respectivement sont définitivement perdues. La cause de la perte d’érosion génétique la plus fréquemment mentionnée (citée par 93,7 % des agriculteurs) est l’introduction de nouvelles variétés. D’autres causes sont l’absence de débouchés (68,8 %), les maladies (45,6 %), le manque de surfaces cultivables (41,9 %), les ravageurs (33,4%), le manque de main d’œuvre (23,5 %), le changement des conditions météorologiques (19,6 %) et la perte de fertilité du sol (15,8 %). Les agriculteurs utilisent principalement leurs propres semences pour les variétés traditionnelles (81,5 % des agriculteurs), tandis que près de la moitié d’entre eux achètent des semences de variétés nouvelles ou modernes sur le marché. L’échange de semences de variétés modernes entre agriculteurs est une pratique courante, ce qui a entraîné une extension rapide des variétés modernes et contribué à l’abandon des cultivars traditionnels. Les agriculteurs conservent des stocks en champs de plantes multipliées par voie végétative. Pour les plantes propagées sous forme de graines, les agriculteurs conservent principalement des graines séchées chez eux dans des sacs de jute.  Très peu d’agriculteurs utilisent des méthodes traditionnelles de stockage de graines. La perte de variétés locales constitue une menace pour la sécurité alimentaire nationale. L’absence de systèmes appropriés de conservation de la diversité des ressources phytogénétiques menace les futurs programmes d’amélioration génétique.  Il est donc urgent de collecter, documenter, conserver et utiliser les variétés traditionnelles et d’élaborer des politiques qui les protègent contre la poursuite de l’érosion génétique. Les agriculteurs et les décideurs doivent être sensibilisés à l’importance de la conservation de la diversité génétique des ressources agricoles.

De D. Kiambi  E.N. Sabiiti  J.W. Mulumba  Y. Mbabwine  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Agro-biodiversité dans les deux régions italiennes où est parlé le griko : la Grèce salentine et Bovesia

En septembre 2007, une mission de collecte a été entreprise dans les deux régions italiennes où est parlé le griko (ou grico) : la Grèce salentine et Bovesia.  La mission avait pour principaux objectifs de collecter des échantillons de ressources phytogénétiques locales ainsi que des données relatives notamment à l’ethnobotanique, à la variation génétique et phénotypique et au degré d’érosion génétique, utiles pour les sélectionneurs et les curateurs de banques de gènes. Un total de 293 accessions a été collecté dans 57 sites, principalement des céréales, des légumineuses et des légumes. Des variétés locales peu communes et des ressources agricoles reliques ont été trouvées, dont le « mugnoli », forme botanique de Brassica oleracea L. var. Italica Plenck, et le très rare « lenticchia nera » (Vicia articulata Hornem.). Les résultats révèlent une forte érosion génétique de variétés locales indigènes et souligne l’urgence de leur protection in situ et ex situ.

De K. Hammer  F. Martignano  V. Falco  B.R.G. Traclò  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Caractérisation par SDS-PAGE de protéines de réserve totales de graines de légumineuses solubles en présence de sels

L’électrophorèse sur gel de polyacrylamide – dodécylsulfate de sodium (SDS-PAGE) a été utilisée pour caractériser les protéines de réserve totales solubles en présence de sels dans des graines de149 accessions différentes appartenant à neuf légumineuses : Cajanus cajan, Vigna radiata, Vigna mungo, Vigna unguiculata, Phaseolus vulgaris, Pisum sativum, Cicer arietinum, Lens culinaris et Glycine max. Chacune des espèces présente un profil de bandes distinct. Sur la base de ces profils, Vigna radiata présente la variation intraspécifique la plus élevée, suivie par Vigna unguiculata, Pisum sativum et Phaseolus vulgaris. Les variations parmi les accessions de Cajanus cajan, Vigna mungo, Cicer arietinum, Lens culinaris et Glycine max ne sont pas significatives. En outre, la présence ou l’absence des bandes protéiques a été consignée et la distance génétique a été déterminée en utilisant la méthode UPGMA et un dendrogramme a été construit. Le dendrogramme fait apparaître trois groupes distincts représentant trois tribus différentes, identifiées par la classification conventionnelle basée sur des caractères morphologiques.

De N. Malviya  S. Nayak  D. Yadav  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Variabilité des caractères des graines et des plantules de Celtis australis Linn. dans le centre de l’Himalaya, Inde

L’étude a pour objet la variabilité génétique des caractères des graines et des plantules de différentes populations de Celtis australis. Des variations significatives (P< 0,01) en fonction de l’origine ont été observées pour tous les caractères excepté la germination des graines. En moyenne, la plus grande variabilité est observée pour le poids des graines, le poids sec des pousses, la longueur des pousses et le poids sec des racines. L’héritabilité et le gain génétique sont supérieurs pour le poids des graines et la longueur des graines par rapport aux autres caractères. L’héritabilité est un peu plus élevée pour les caractères des plantules, sauf en ce qui concerne la germination en pépinière. La grande variabilité observée pour les caractères des graines pourrait être utilisée dans des programmes d’amélioration génétique de cet arbre de l’Himalaya central (Inde), prometteur pour l’agroforesterie.

De B.P. Bhatt  B. Singh  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Tubercules comestibles sauvages (Dioscorea spp.) et leur contribution à la sécurité alimentaire de tribus du « Jeypore tract », Orissa, Inde

L’étude a pour objet la conservation et l’utilisation des tubercules comestibles sauvages (Dioscorea spp.) du « Jeypore tract », dans l’État d’Orissa, en Inde. Les données ont été collectées auprès de trois communautés tribales résidant dans 15 villages, en s’appuyant sur un questionnaire pré-structuré, des visites conjointes en forêt, des discussions de groupe ciblées et des études de marché. On a observé que neuf espèces de tubercules contribuent à l’alimentation domestique tant pendant les périodes où les aliments sont normalement disponibles que pendant les périodes de pénurie. Ils contribuent également à l’amélioration des revenus des ménages. La collecte, la préparation et la commercialisation des tubercules sont des activités spécifiquement liées au sexe et à l’âge. L’étude montre que la surexploitation due à l’accroissement de la population et à la réduction du couvert forestier est l’une des principales menaces pour les tubercules sauvages. Les observations montrent que : a) la prise de conscience collective et la gestion fondée sur la communauté constituent une bonne approche pour la conservation ; b) l’analyse phytochimique des tubercules est une approche permettant de connaître leurs propriétés nutritionnelles et médicinales ; et c) la diffusion des connaissances est nécessaire pour une conservation ex situ, la domestication et l’amélioration de ces tubercules comestibles sauvages.

De S. Mishra  S. Swain  S.S. Chaudhury  T. Ray  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Variation génétique intra- et inter-populations de Podophyllum hexandrum Royle (Podophyllaceae) de l’Himalaya occidental

Podophyllum hexandrum Royle (pomme de mai) est une plante médicinale importante des hautes régions de l’Himalaya occidental. En raison de la surexploitation, la taille des populations de P. hexandrum a régressé, ce qui peut entraîner une perte de diversité génétique et compromettre la survie de l’espèce. Cette étude utilise l’analyse RAPD pour estimer la variation génétique et déterminer la structure génétique dans cinq populations géographiquement distinctes de P. hexandrum. L’analyse révèle une importante diversité moléculaire au sein des populations et entre populations. Les populations de Pangi et de Kukumseri sont géographiquement isolées des trois autres populations et ont été moins soumises à la pression anthropogène, mais elles présentent une moindre diversité génétique intra-population.  Les populations du Great Himalayan Nation Park et de Chamba ont subi une pression anthropogène plus forte mais leur diversité génétique intra-population est importante.  Le flux de gènes entre les populations est mis en évidence par l’analyse RAPD : le flux de gènes est plus important dans les populations soumises à une plus forte pression anthropogène et celles-ci présentent une plus grande similitude génétique avec les populations voisines. Le flux de gènes est moindre dans les populations plus isolées (Pangi et Kukumseri) qui présentent une moindre similitude génétique.   L’isolement génétique de ces deux populations justifie leur étude.

De A. Kharkwal  Dharam Singh  Subramani Rajkumar  P.S. Ahuja  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

French
Diversité morpho-agronomique d’accessions de dolique pourpre (Lablab purpureus (L.) Sweet) du Bangladesh

Une étude de la diversité morpho-agronomique a été réalisée sur 88 accessions de dolique pourpre (Lablab purpureus (L.) Sweet) provenant de 14 districts du Bangladesh. Une variation considérable a été observée pour l’ensemble des 15 caractères qualitatifs et 15 caractères quantitatifs évalués. Les caractères quantitatifs présentant les coefficients de variation les plus élevés sont la longueur du pédoncule, suivi par la longueur du rachis, le nombre de nœuds florifères par pédoncule et le rendement par plante ; le coefficient de variation le plus faible est observé pour le nombre de jours avant la maturation de la première gousse. L’analyse D2 répartit les accessions en sept groupes morpho-agronomiques. Aucune relation n’est observée entre l’origine géographique et le groupement. Ces observations sont confirmées par les résultats d’une analyse canonique. D’autres investigations faisant appel à des techniques moléculaires devraient permettre d’établir une collection de référence.

De Md. Tariqul Islam  

publié dans le No.156, en French
[Lire la suite]

Contact PGRNmanuscripts@cgiar.org about this page



Graines d’une variété locale de pois récoltées dans un champ du comté de Ganghe, province de Qinghai, Chine (article de Redden et. al., pp. 1-10). Photo: Dirk Enneking.


Bioversity/FAO©



Le Bulletin de Ressources Phytogénétiques est publié sous les auspices de Bioversity International (Bioversity) et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).
Il contient des articles sur les développements en ressources phytogénétiques, des comptes rendus d'ouvrages et des informations sur les activités du Bioversity.

Copyright © Bioversity International - FAO. All rights reserved.